What I love...

 

 

Introduction
Family
Hobby
Talents
Album
Recommend

 

 

 

BLUESTAR.gif

ROLLING STONE

Dessin original acheté à une brocante

"How does it feel
How does it feel
To be on your own
With no direction home
Like a complete unknown
Like a rolling stone?"

Bob Dylan

 

Dieu! Ne vois-tu pas la pierre glissant du haut
De la colline à travers les murmures sauvages,

Le hasard qui les meut se moque bien des rages
Qui peuvent tant peser sur ce bout de noyau.

Cette pierre, c'est moi. Je dévale la pente
Qui va de mon enfance aux soirs noyés des vieux
Rien ne l'arrêtera car sa course est démente
Et se perd dans l'oubli des rêves envieux...

Je naquis de l'orage hérité de l'été
Et même mon séjour dans le creux des entrailles
A ridé mes os mous du plaisir qui les raille
Pour permettre au regret d'enfanter le léthé.

Mon île m'accueillit comme on guérit la peste:
Je fus jeté au bas de l'inégale ampleur
Et traînai jusqu'au sang ce jour que je déteste
Car pour nourrir la vie il a fallu ces pleurs.

Mes premiers cris flétris du futur morosé
Glacèrent mes humeurs vers la fin insipide
Mon bonheur trop absent a fait fi des perfides
Layons et vomit la
rougeur des baisers.

Mes premiers pas lâchés respirent, monotones,
Tous les accrocs humeux des pleurs qu'on a cueillis
C'est que la pente amère au demeurant n'étonne
Que les micro-fourmis riant dans les taillis.

Ma côte est caillouteuse et je me cogne au trot
D'un pauvre qui m'image au sein de la misère
Cet autre c'est bien toi, mon miroir, ô mon frère

Et comme moi tu vis en suivant l'amer flot.

Puis c'est ensemble enfin qu'on goût de Sisyphe
Les espoirs pommadés des chiens qui sont perdus
Vois-tu si mon destin lentement se rebiffe
C'est qu'il a trop connu ces fats sentiers ardus.

Mon seul beau jour ne fut qu'un misérable jet
Catapulté au sang d'une innocente pie
Jour fatal car depuis je désire l'impie
Abnégation du Fils. Quand je devins sujet

Au mirage statique et aux terreurs des spectres
Les abîmes en choeur harcèlent dans mon bord
La blessure infinie au relent de grand sceptre
J'espère que demain, la folie ait ma mort.

 

La blessure est l'Amour, électrique tombeau
Lys désarçonné des hantises squelettes
Tu périras tout bas sans une violette
Sur ton coeur désséché, plus pâle qu'un lambeau!

Des rumeurs courroucées au son de ses victimes
Ont caché tout le soin qu'envient les îlots
Tant quee la belladone aura éteint mes rimes
Nos adieux resteront parures de manchots.

La tempête suivit. Je mangeai du
regain
Pour devenir ce sage et mépriser la vie
Mais mes atomes nus ont assouvé l'envie
Qui pourrissait au fond de cet avenc certain.

Et je tombai brutal! O misérable mine
Que gonfla trop la honte en sa chute d'alcool
Mais ce n'est pas la fin: je maudis l'assassine
Lune qui m'éblouit des lascifs seins et col

Heureusement ce puits s'écroula sous l'éclair
Et moi pauvre caillou, je fus fondu en terre
Et péris étouffé par la mort congénère
Peut-être renaîtrai-je au renouveau des chairs...

Ce statisme m'effraie: il faut que mon coeur bouge
Je dois tout oublier - mais c'est elle ma chair
Je vivrai cet instant jusqu'à mon heure rouge
Où l'Amour pétrifié m'aura rendu non-serf.


Et puis donc ce soir-là je reprendrai ma course
Qui lentement me mène à l'éternelle mer
Poli d'immensité je reverrai ma source
Et serai consumé ...comme un regret amer.



(nuit du 22-23 décembre 1973)
Murgia Michele Angelo


Vezzosa

Felicemente irrogo la mia pena
all'amore - lei era vezzosa.
Tristemente, irruente, il mio canto muto
Si sperde nell'immenso
Spasmodicamente vedo il frutto
maturo del nostro incontro
Diciasettenne fosti: mai più ti rivedro'
Specchio dell'anima mia
Viaggiante solare, malinconia
struggente, povera isola mia!
Tapino sono stato incubo del dolore
Sfondato precursore
Esule del passato ti portero', se vuoi

l'onore d'un giorno sperduto.


Maggio 1974



Je suis poète...


Je suis poète ophiolâtre,

Cultivateur de l'abandon

Germe-rictus

Rire de théâtre

Persulfuré à l'édredon.


Saponaire aux ailes dendritiques

J'ai bu repu de sarabande

A la patène de Satan

Moi, varan dévergondé



Le friselis de ses doux cils

M'on becquetté jusqu'au goulot

J'ai léché sa glabelle hermétique

En automate dispenseur


Si notre amour rhomboïdal

Rhizocarpé sans liaison

Fut persiflé par les Psychés

C'est que l'Esquille de nos ébats

En a blessé plus de cent mille

En vasculant dans les gotons

Ces goualeuses qui moutonnent...



1974

Rencontre


Tes yeux de jade

Puits de bonheur

Nomades

Me font si peur


Ta bouche mièvre

Source d'extase

Est fièvre

Ou mer topaze


Ta peau tanna

Au soleil blond

Du Sahara

Un coeur girond


Et l'âme fière

Que tu dévoiles

Est mère

Des aubes pâles


1974


Sardegna mia natia

Ichnuse, ô mon Ichnuse, fille du Tyrrhénide
Toi si loin mon amour
Ta peau sèche m'émeut, rugueuse, granitique mais câline
Si douce auprès la Mer turquoise
Golfo di Aranci, et le Campidano Smeralda-la-douceur
Maternelle
La plage et les galets
Les sables, les falaises déchiquetées
Le maquis, Les herbes, le thym, le serpolet, les parfums de la macchia
Les genêts brûlés des incendies
Les forêts centenaires
Arbres tors
Le soleil pâmoison
Les palmiers sur le port
Les figuiers sur les rives des rivières
Les milliers de vignes au sang rouge ou blanc
Les figues de Barbarie, en fleurs
Les essaims d'abeilles
Et les guêpiers tout autour
Les aigles pêcheurs
Tes chevaux sauvages à Gesturi
Ton unique sein, prodigieux Gennargentu
Les moutons sur terre, par monts et dans les cieux
Mirages ou bien miroirs
Les mouflons jouant à saute-mouton sur les tacchi
Les mystérieux bétyles à l'ombre des oliviers
Les sept mille nuraghes demeures de nos milliers d'aïeux
Nos dieux
Les villages de pierre
A Barumini, à Serra Orrios, à Talana
C'est là l'œuvre de nos antenati
Ceux qui ont tenu tête à Rome
Pendant plus de cent ans
A Carthage plus longtemps encore
Peuple fort
Peuple grave
Philosophes stoïques
Poètes cependant
Chanteurs improvisant des boutades
Des rires
Le jeux, la mourre stridente, subtile, intrépide
Nos frères ont construit les barrages plus hauts
Sur le Coghinas, le Tirso, le Flumendosa
L'eau précieuse
Pour tous les assoiffés
Le diamant liquide
Sources froides des monts
Au milieu du Mare Nostrum
Peuple de bergers, berbegargiu, crabargiu solitaire
Et leurs femmes, veuves momentanées
Sanglotant, tourmentées en chantant les hymnes improvisés
Elles vont, une broca sur la tête
Lessiver sur les eaux des rivières
Un enfant sur le bras
Linge dans le panier
Et toi, Perdas - Foghesu - qui m'as donné les yeux
Je veux te nourrir
De mes vers
Attends la délivrance

J'ai peur des déchirures
Ichnusa, tu donnas
La seule sépulture digne au Héros
Miroir de ton renom : Caprera
Tu n'as certes rien à envier à ta sœur cadette qui enfanta l'Empereur.
Ei fu.
Tu tu créas des rois, des guerrières, des savants, des prophètes
Et puis tant de " bandits ", qui n'étaient somme toute que fils de la Liberté
Et puis surtout Gramsci le clairvoyant
Le cerveau qu'il fallait annihiler
Pour que survive la Bête
Aux vingt millions de morts
Tu as sacrifié trois cent mille prolétaires à la Vieille Europe, ensanglantée, épuisée
Mes frères exilés
Dans les entrailles au soleil absent
Ton emblème a finalement enlevé les quatre bandeaux
Qui te barraient la vue
Dessillés,
Les Sardes se réveillent enchaînés
Sur les traghetti blancs
Nous reviendrons
Bientôt
Et nos cœurs seront grands



 

.

 

 

 

 

 

CALENDRES WALLONNES

Monsieur BETOT

Début




Copyright 1996-1999 by Namo Interactive Inc.
All Rights Reserved.


Namo WebEditor 3.0