Photo Gallery

 

 

Introduction
Family
Hobby
Talents
Album
Recommend

 

 

Mes photos Photo Gallery Mes photos Sas fotografias mias
 

Vignobles Vintage Sa ingia mia e...

  Vini sardi


  spot cantina sociale Jerzu (click sur la grappe)




Les livres qu'il faut avoir lus Books in my life...Librus chi depeis liggi...

 


Le Petit Nicolas, Le Petit Prince, The old man and the Sea, Le vieil homme et la mer, Les Fables de La Fontaine, Thyl Uilenspiegel, Le brave Soldat Schveik

Le Capital de Marx Marx'Capital, Su Capitale de Marx

Huckleberry Finn, La Moisson Rouge

et 10.000 autres classiques ! and 10000 classical others! E 10000 atrusu classicus!



La musique que j'aime  My favourite Music Sa musica chi mi praxidi...

 


Vivaldi, Borodin, Beethoven,

Pavarotti, Bocelli

,

Dylan, Cohen, Chapman, Brel, Brassens, Ferré, Renaud, Souchon, Lavilliers

Dalla, Guccini, Bertoli, Vecchione, De Andre, Madau, Maurane, Tazenda, I Muvrini

 

 

SU PATRIOTTU SARDU
(su cantu de sa rivolutzione sarda)
Franciscu Ignaziu MANNU
(Ozieri)



1.
Procurad'e moderare,
Barones, sa tirannia,
Chi si nono, po' vida mia,
Torrades a pe's in terra!

Decclarada es' giaj sa gherra
Contra de sa prepotentzia,
Incomintza' sa passensia
In su pobulu a mancare.

2.
Mirade ch'est'atzendende
Contra de bois su fogu;
Mirade chi no e' zogu
Chi sa cosa andat 'e veras;

Mirade chi sas aeras
Menathana temporale;
Zente cunsizzada male,
Iscurtade sa 'oghe mia.

3.
No apprettedas s'isprone
A su poveru runzinu,
Si non' in mesu caminu
S'arrempellat appuradu;

Minzi ch'es lanzu e cansadu
E no nde pode' prusu;
Finalmente a fundu in susu
S'imbastu nd'hat a ghettare.

4.
Su pobulu chi in profundu
Letargu fi' sepultadu,
Finalmente despertadu,
S'abbizza' ch'est in cadena,

Ch'ista' suffrende sa pena
De s'indolentzia antiga:
Feudu, lezze inimiga
A bona filosofia.

5.
Che ch'esseret una inza,
Una tanca, unu cunzadu,
Sas biddas hana donadu
De regalu o a benedissione;

Comente unu cumone
De bestias Berveghinas
Sos homines e femìnas
Han bendidu cun sa cria.

6.
Pro pagas mizas de liras,
E tale olta pro niente,
Isclavas eternamente
Tantas pobulassiones,

E migliares de persones
Servint a unu tiranu.
Poveru generu humanu,
Povera sarda zenia!

7.
Deghe o doighi familias
S'han partidu sa Sardigna,
De una manera indigna
Si nde sun fattas pobiddas;

Divididu s'han sas biddas
In sa tzega antighidade:
Però sa presente edade
Lu pensat rimediare.

8.
Nasche' su Sardu soggettu
A milli cumandamentos:
Tributos e pagamentos
Chi faghet a su Segnore

In bestiamen e laore
In dinari e in natura;
E paga' pro sa pastura,
E paga' pro laorare.

9.
Meda innantis de sos feudos
Esistiana sas biddas,
Et issas fini pobiddas
De saltos e biddattones.

Comente a bois, Barones,
Sa cosa anzena es passada?
Cuddu chi bos l'ha' dada
Non bos la podia' dare.

10.
No es mai presumibile
Chi voluntariamente
Happa' sa povera zente
Zedidu a tale derettu;

Su titulo ergo est'infettu,
De infeudassione,
E i sas biddas reione
Tenen de l'impugnare.

11.
Sas tassas in su prinzipiu
Esigiazis limitadas,
Dae pustis sunu istadas
Ogni die aumentende,

A misura chi creschende
Sezis andados in fastu,
A misura chi in su gastu
Lassezis s'economia.

12.
No bos balet allegare
S'antiga possessione;
Cun minettas de presone,
Cun castigos e cun penas,

Cun zippos e cun cadenas,
Sos poveros ignorantes,
Derettos esorbitantes
Hazis fortzadu a pagare.

13.
A su mancu s'impleerent
In mantenner sa giustissia,
Gastighende sa malissia
De sos malos de su logu;

A su mancu disaogu
Sos bonos poterant tenner,
Poterant andare e benner
Seguros per i sa via.

14.
Es cussu s'unicu fine
De ogni tassa e derettu,
Chi seguru, e chi chiettu
Sutta sa lezze si vivat;

De custu fine nos privat
Su Barone pro avarissia.
In sos gastos de giustissia
Faghe' solu economia.

15.
Su primu chi si presentat
Si nominat offisiale,
Fatta' bene o fatta' male
Basta non chirche' salariu:

Procuradore o Notariu,
O camareri o lacaju,
Sia' murru o sia' baju,
E' bonu pro guvernare.

16.
Basta chi preste sa manu
Pro fagher crescher sa rènta,
Basta' chi fatta' cuntenta
Sa buscia de su Segnore;

Chi aggiuet a su fattore
A crobare prontamente,
E s'algunu es renitente
Chi l'iscat esecutare.

17.
A boltas, de podattariu,
Guverna' su cappellanu
Sas biddas cun una manu
Cun s'attera sa dispensa.

Feudatariu, pensa,
Chi sos vassallos non tener
Solu pro crescher sos benes,
Solu pro l'iscorzare.

18.
Su patrimoniu, sa vida,
Pro difender, su villanu
Con sas armas a sa manu
Chere' ch'iste' notte e die;

Già ch'hat a esser gasie,
Proite tantu tributu?
Si non si nd'hat haer
fruttu Es locura su pagare.

19.
Si su Barone non faghet
S'obligassione sua,
Vassallu, de parte tua,
A nudda ses obbligadu;

Sos derettos ch'ha' crobadu
In tantos annos passados,
Sunu dinaris furados
E ti los deve' torrare.

20.
Sas rentas servini solu
Pro mantenner cicisbeas,
Pro carrozzas e livreas,
Pro inutiles servissios,

Pro alimentare sos vissios,
Pro giogare a sa bassetta,
E pro poder sa braghetta
Fora de domo isfogare.

21.
Pro poder tenner piattos,
Bindighi e vinti in sa mesa,
Pro chi potta' sa marchesa
Sempre andare in portantina;

S'iscarpa istrinta, mischina,
La faghet andare a toppu,
Sas pedras punghene troppu
E non pode' camminare.

22.
Pro una littera solu
Su vassallu, poverinu,
Faghe' dies de caminu
A pe', senz'esser pagadu,

Mesu iscurzu e isporzadu,
Espostu a dogni inclemenzia;
Eppuru tene' passienzia,
Eppuru deve'cagliare.

23.
Ecco comente s'implea
De su poveru su suore!
Comente, Eternu Segnore,
Suffrides tanta ingiustissia?

Bois, Divina Giustissia,
Remediade sas cosas,
Bois, da ispinas, rosas
Solu podides bogare.

24.
O poveros de sas biddas,
Trabagliade, trabagliade
Pro mantenner in zittade
Tantos caddos de istalla,

A bois lassan sa palla,
Issos regoglin su ranu:
E pensan sero e manzanu
Solamente a ingrassare.

25.
Su Segnor Feudatariu
A sas undighi si pesa':
Da e su lettu a sa mesa,
Da e sa mesa a su giogu:

E pustis, pro disaogu
Andat a cicisbeare;
Giompid'a iscurigare:
Teatru, ballu, allegria.

26
Cantu differentemente
Su vassallu passa' s'ora!
Innantis de s'aurora
Già es bessidu in campagna;

Bentu o nie in sa muntagna,
In su paris, sole ardente.
O poverittu! Comente
Lu podet agguantare?

27.
Cun su zappu e cun s'aradu
Pelea' tota sa die;
A ora de mesu die
Si ziba' de solu pane.

Mezzus paschidu e' su cane
De su Barone, in zittade,
S'es' de cudda calidade
Chi in falda solen portare.

28.
Timende chi si reforment
Disordines tantos mannos,
Cun manizzos et ingannos
Sas Cortes hana impediu;

Et isperdere han cherfidu
Sos patrizios pius zelantes,
Nende chi fin petulantes
E contra sa Monarchia.

29.
Ai cuddos ch'in favore
De sa patria han peroradu,
Chi s'ispada hana 'ogadu
Pro sa causa comune,

O a su tuju sa fune
Cherian ponner, meschinos!
O comente a Giacobinos
Los cherian massacrare.

30.
Però su Chelu ha' difesu
Sos bonos visibilmente,
Atterradu ha' su potente,
Ei s'umile esaltadu.

Deus, chis 'es declaradu
Pro custa patria nostra,
De ogn'insidia bostra
Isse nos hat a salvare.

31.
Perfidu Feudatariu!
Pro interesse privadu
Protettore declaradu
Ses de su Piemontesu.

Cun issu ti fist'intesu
Cun meda fazilidade;
Isse pà pada in zittade,
E tue in bidda a porfia.

32.
Fi' pro sos Piemontesos
Sa Sardigna una cuccagna;
Che in sas Indias d'Ispagna
Issos s'incontrant inoghe;

Nos alzaia' sa 'oghe
Finzas unu camareri;
O plebeu o cavaglieri,
Si deviat umiliare.

33.
Issos da e custa terra
Ch'hana 'ogadu miliones
Benian senza calzones
E si nd'andaian gallonados.

Mai ch'esserent istados
Chi ch'hana postu su fogu!
Malaitu cuddu logu,
Chi creia' tale zenia!

34.
Issos inoghe incontràna
Vantaggiosos imeneos
Pro issos fin sos impleos,
Pro issos fin sos onores,

Sas dignidades mazores
De cheia, toga e ispada:
E a su Sardu restàda
Una fune a s'impiccare.

35.
Sos disculos nos mandàna
Pro castigu e curressione,
Cun paga e cun pensione,
Cun impleu e cun patente.

In Moscovia tale zente
Si mandat a sa Siberia,
Pro chi morza' de miseria,
Però no pro guvernare.

36.
Intantu in s'Isula nostra
Numerosa giuventude
De talentu e de virtude
Oziosa la lassàna:

E si alguna nd'impleanàna
Chircaian su pius tontu,
Pro chi lis torrat a contu
Cun zente zega a trattare.

37.
Si in impleos subalternos
Algunu Sardu avanzàda
In regalos no bastàda
Su mesu de su salariu,

Mandare fi' nezessariu
Caddos de casta a Turinu,
E bonas cassas de binu,
Muscadellu e malvasia.

38.
Tirare a su Piemonte
Sa prata nostra e i s'oro
Es de su governu insoro
Massima fundamentale.

Su Regnu, ande' bene o male,
No lis importa niente,
Antis, creen incumbeniente
Lassarelu prosperare.

39.
S'Isula hat arruinadu
Custa razza de bastardos;
Sos pivilegios sardos
Issos nos hana leadu,

Da e sos Archivios furadu
Nos hana sa mezzus pezzas,
E che iscritturas bezzas
L'has hana fatta' bruiare.

40.
De custu flagellu, in parte,
Deus nos ha' liberadu;
Sos Sardos ch'hana 'ogadu
Custu dannosu inimigu;

E tue li ses amigu,
O sardu Barone indignu;
E tue ses in s'impignu
De nde lu fagher torrare!

41.
Pro custu, iscaradamente,
Preigas pro Piemonte, Falzu!
Chi portas in fronte
Su marcu de traitore;

Fizas tuas tant'honore
Faghent a su furisteri,
Mancari sia' basseri,
Basta chi Sardu no sia'.

42.
S'accas'andas a Turinu,
Inie basare dès
A su Ministru sos pes,
E ater su ..., già m'intendes,

Pro ottenner su chi pretendes
Bendes sa patria tua,
E procuras forsi a cua
Sos Sardos iscreditare.

43.
Sa buscia lassas inie,
Et in premiu nde torras
Una rughitta in pettorras,
Unu giae in su traseri;

Pro fagher su quarteri
Sa domo has arruinadu,
E titulu has acchistadu
De traitore e ispia.

44.
Su Chelu no lassa' sempre
Sa malissia triunfare;
Su mundu dee' reformare
Sas cosas ch'andana male;

Su sistema feudale
Non pode' durare meda,
Custu bender pro moneda
Sos Pobulos, dee' sensare.

45.
S'homine chi s'impostura
Haia' già degradadu,
Pare' chi a s'antigu gradu
Alzare cherfa' de nou;

Pare' chi su rangu sou
Pretenda s'humanidade ...
Sardos mios, ischidade
E sighide custa ghia.

46.
Custa, pobulos, e' s'ora
D'estirpare sos abusos!
A terra sos malos usos,
A terra su dispotismu!

Gherra, gherra a s'egoismu,
E gherra a sos oppressores,
Custos tirannos minores
Es prezisu umiliare.

47.
Si no, calchi die a mossu
Bo nde segade' su didu:
Como ch'e' su filu ordidu
A bois toccat a tessere;

Minzi chi poi det essere
Tardu s'arrepentimentu;
Cando si tene' su bentu
Es prezisu bentulare.


LE PATRIOTE SARDE
(chant de la révolution sarde)
Franciscu Ignaziu MANNU (Ozieri)
Copyright 2002 translation by Michele Angelo Murgia All Rights Reserved.

1.
Veillez à modérer,
Barons, la tyrannie,
Car sinon, sur ma vie,
Vous allez regretter!

La guerre est déclarée
Contre votre arrogance,
Du peuple la patience
Vient déjà à manquer..

2.
Voyez donc attisée
La haine contre vous;
Cette fois le courroux
S'élève pour de vrai;

Regardez dans le ciel
Menacer la tempête;
Gens à la vide tête,
Et à la voix de fiel.

3.
Enfoncez l'éperon
Sur cette pauvre bête:
Et volez dessus tête
Du pauvre canasson;

Amaigri, éreinté
Le cheval n'en peut plus;
Finalement, fourbu
Vide le cavalier.

4.
Le peuple réveillé
De son profond sommeil,
Brusquement s'émerveille,
S'aperçoit enchaîné,

La source de ses maux
Est l'indolence ancienne:
Féal, jamais ne mènent
A sagesse, tels baux.

5.
Que ce soient nos vignes,
Bercails ou bergeries,
Bourgs vous les ont fournies
Gratis ou contre mie;

Ils ont vendu ensemble
Le bétail - à vil prix -
Les hommes et les femmes
Et même leurs petits.

6.
Pour quelques francs en somme,
Parfois même pour rien,
Ils ont fait des esclaves
De tant de gens de bien,

Des milliers d'êtres enfin
Servent quelques tyrans.
O pauvre genre humain,
Pauvres Sardes migrants!

7.
Dix ou douze familles
Se sont mangé les terres
(Sardes n'êtes vous guère
Honteux de l'infamie?)

Ils ont mangé les villes
Et les cités antiques
Mais le présent, iniques
Y remédie. Et file!

8.
Sarde né sous le joug
De cent taill' et corvées:
Taxes, impôts, tributs
Gavent les gens "biens-nés"

En bêtes, en journées
En argnt, en nature;
Il paie pour les pâtures,
Et paie pour travailler.

9.
Bien avant ces Saigneurs
Il existait des Villes,
Qu'entouraient plus de mille
Bois et champs de senteurs.

Expliquez donc comment,
Vous avez fait main basse
Sur des terres si lasses
Sans verser un talent?.

10.
Il me semble impossible
Que c'est sans coup férir
Qu'un pauvre a pu souffrir
Qu'on le vole, impassible;

C'est sans titre ni droit,
Que le fief est transmis,
Et le peuple à bon droit
S'oppose à l'ennemi.

11.
Les taxes qu'au début
Tu réclamais, réduites,
Sont devenues bien vite
Plus grosses que tribut,

Et tandis que s'accroît
Votre luxe, vos fastes,
La misère est si vaste
Chez le peuple d'en bas.

12.
Souffrez qu'on vous dénonce
L'antique possession;
Menacez de prison,
De piloris de ronces,

De lacets et de chaînes
Les pauvres ignorants;
De droits exorbitants
Vous les chargez de même.

13.
Pourtant feriez bien mieux
Vous qui parlez "justice",
De châtier la malice
Des brigands de ces lieux;

De soulager les bons
Pour qu'ils puissent vaquer,
Tranquilles et puis aller
A leurs occupations.

14.
C'est à cela que servent
Les taxes et les cens:
Que l'on vive contents
Sans aucune réserve;

De cela le Baron
Nous prive. D'avarice
Y compris en Justice
Se connaît le poltron.

15.
Le premier se présente:
Promu en caporal,
Pourvu qu'il se contente
D'un salaire bancal:

Procureur ou Notaire,
Chambellan ou laquais,
Qu'il soit noir ou bien bai:
Mais qu'il nous fasse taire.

16.
Il suffit qu'il leur prête
Pour fair' croître la rente,
Quelque main qui contente
La soif de ces Soufiettes;

Qu'il aide les huissiers
A grandir les ruisseaux,
D'argent des Hoberaux
Et s'il le faut : ester.

17.
Chapellain se démène,
Comme s'il était le maître
D'une main il vous prête
Et de l'autre vous gêne.

Feudataire, ne pense
Pas que tous tes vassaux
Ne sont que des nigauds,
Prêts à graisser ta panse.

18.
Pour défendre ses fruits,
Il faut que le Villain
Garde l'arme à la main
De jour comme de nuit;

Puisqu'il en est ainsi,
Pourquoi tant de tracas?
S'il n'en retire un fruit
Est fou qui paiera.

19.
Si Baron n'est tenu
A ses obligations,
Vassal, tu n'es pas plus,
Obligé sans raison;

Les droits qu'il a niés
Depuis combien d'années,
Et tout l'argent volé
Sera restitué.

20.
Ses rentes n'ont servi
Qu'à payer ses maîtresses,
En carrosses, en ivresses,
Bouches inutiles aussi,

Ses vices alimente,
En jouant à tripot,
Sa braguette se vante
De s'ouvrir à Margot.

21.
Pour inviter à table,
Vingt amis détestables,
Et pour que sa Marquise
Toujours se sente exquise,

Les escarpins la serrent?
Laquais, peur de boîter,
Crainte de toucher terre
Portent "sa majesté".

22.
Pour porter une lettre
Le pauvre vassal fait
Des journées sans n'être
Lui, même pas payé,

Nu-pieds et bien crotté,
Dans les intempéries;
Fait gros dos et se plie,
Et toujours sans "moufter".

23.
C'est ainsi que le vice
Du pauvre tire sueur!
Comment, peux-tu Seigneur,
Souffrir tant d'injustice?

Toi, Justice Divine,
Remédie à ces choses,
Toi qui de chaque rose
Seul, enleves l'épine.

24.
O pauvres villageois,
Travaillez, travaillez
Pour qu'en Ville l'on soit
Confortables, choyés,

Vous glanez des fétus,
Eux se mangent le grain:
Pensant soir et matin
A être bien ventrus.

25.
Le Seigneur Feudataire
A Midi fait se lève:
Rit et fait bonne chère,
Et mène vie de rêve:

Puis - pauvre désoeuvré!-
Il court compter fleurette;
Bals et festivités:
Rentre la nuit bien faite.

26.
Combien de fois dolore
Est vie de valetaille!
Toi qui avant l'aurore
Déjà debout, travailles;

Vent ou neige en montagne,
Sur plaine, sol ardent.
Pauvre hère! Comment
Supportes-tu ce bagne?

27.
Avec houe et charrue
Peine jour après jour;
Et à midi toujours
Pour mets: mie menue.

Mieux nourri est le chien
Du Baron, en la ville,
Surtout race docile
Qu'on mène sans lien.

28.
Craignant que l'on réforme
Des abus si notoires,
Les Cours nous font accroire
Avec fables énormes

Et mensonge éhonté
Nos patriciens zélés,
Seraient - qu'on se méfie!
Contre la Monarchie!

29.
Alors que c'est pour une
Patrie qu'ont péroré,
Et sorti leur épée
Ceux de la caus' commune,

La corde au cou enfin
Allait vous les calmer!
Et comme Jacobins
Sied de les massacrer.

30.
Visiblement le Ciel
A soutenu les bons,
Atterrant les barons,
Gloire aux humbles mortels!

Dieu, qui s'est déclaré
De la Juste Patrie,
De votre ignominie
Saura nous délivrer.

31.
Perfide Feudataire!
C'est donc par intérêt
Que, promu mandataire
Tu sers les Piémontais.

Ah! Vous vous entendez
Comme larrons en foire;
Lui se groinfre au palais,
Et toi dans ton manoir!.

32.
Car pour les Piémontais
La Sardaigne est cocagne;
C'est le Pérou d'Espagne
Eldorado si près;

Même un garçon de course
Nous grondait quelquefois;
Qu'il soit plèbe ou soldat,
Le Sarde ouvrait sa bourse.

33.
Tirant de notre terre
De l'or à millions
En haillons n'y a guère
Ils repartent en galons.

Ichnuse par le feu
Te réduisent en silence!
Maudit soit donc le lieu,
Créant pareille engeance!

34.
Ici viennent cueillir
Toutes nos filles en fleurs
Riches sans coup férir,
Nous les laissent en pleurs,

Honneurs il faut leur rendre
D'Eglise, Toge, Epée:
Au Sarde n'est restée
Que corde pour se pendre.

35.
Les plus mauvais commandent.
A nous peines, corrections.
S'octroient paie et pension,
Et emplois de prébende.

A Moscou leurs pareils
S'envoient en Siberie,
Pour, gelés, sans sommeil,
Voir ce qu'est tyrannie.

36.
Dans notre Ile entre-temps
La jeunesse est laissée
Oisive, abandonnée
Quel gâchis de talents!

Et s'il faut qu'on embauche,
Le plus sot, le plus gauche
Est pris car il convient:
Puisqu'il ne dira rien!

37.
Si par chance chez eux
Un Sarde peut entrer,
- Un Sarde ? - tant qu'à faire
Soit! Moitié de salaire,

Y passe, nécessaire
Purs-sangs vont à Turin,
Et caisses de bon vin,
Muscadet, malvoisie.

38.
Tirer or et argent
Au Piemont l'envoyer
Ainsi est gouverné
Le pays de céans.

Qu'il pleuve ou bien qu'il vente,
Rien leur importe peu,
Que la récolte est lente :
La Sardaigne est à eux.

39.
Notre Ile ils ont ruinée
A nourrir leurs bâtardes;
Carta de Logu sarde
A été supprimée,

Volés les parchemins
Où Sardes étaient égaux,
Tous les écrits anciens
Sont jetés dans leur Pô.

40.
D'une part du fléau,
En partie libérés;
Maintenant, il nous faut
Ecarter tout danger;

Et toi tu t'es allié,
O Baron sarde indigne;
A l'ennemi insigne
Et veux le ramener!

41.
Avec quelle impudence,
Le Piémont manigance!
Traître, portes au front
La marque du félon;

Ta fille est fine bouche
Honorant ces gens louches,
Tandis que preux, joli,
Le Sarde est éconduit.

42.
Si tu vas à Turin,
Baise-lui bien les pieds
Au Ministre enchanté,
Et même..., tu sais bien,

Pour exaucer tes voeux
Tu vendrais ta patrie,
Ourdis ton plan foireux :
Sardes sont tous honnis.

43.
Ta bourse, tu transfères,
Et pour ta récompense
Une croix sur la panse,
Une clef au derrière;

Pour faire, toi, le pitre
Tu ruinas nos maisons,
Et ce sont vos espions
Qui ont volé nos titres.

44.
Le Ciel jamais ne laisse
Triompher tout ce mal;
Monde n'aura de cesse
Tant que vivra chacal;

Système inféodé
Vois tes jours cont comptés,
Le Peuple va t'obliger
A rendre l'or volé.

45.
L'homme qu'une imposture
Fourbe avait avili,
Lève la tête aussi
Et réclame tenure;

Il réclame son rang
Se souvient d'être humain ...
Sarde éveillé soudain
Revit l'appel du sang.

46.
Peuple, voici donc l'heure
D'extirper les abus!
A bas les mufles obtus,
A bas le despotisme!

Guerr', guerr' à l'égoisme,
Et guerr' aux oppresseurs,
Ces tyrans mineurs
Il faut les humilier.

47.
Sinon vous en mordrez
Fous de rage, les doigts:
Quand les fils sont ourdis
Il convient de tisser;

Fais gaffe! Car serait
Tardif le repentir;
Quand vous voyez rougir
Le fer, battez-le chaud.


    flag counter

    The (free) "flag counter" was started only on September 20, 2009. That explains the low figures it shows. But I keep it there, I appreciate this sign of your visit and the imprint of the flags :)

    Bienvenue, Welcome, ?? , Bian v'nue, Willkommen, Velkomin, O'weliaq, Salam, Shalom, Dobro Pozhalovat', Shagotom, Svâgat, Swaagatam, Hos Geldiniz, ?? , Tervetuloa, Bienvenidos, Bemvindo, Bemvinda, Marhaba, AhlanWaSahlan, Bonvenon, Benvenuto, Benvenuta, Infinity ...


    Free counters!

     

     






    Namo WebEditor 3.0