La mezzo-soprano Wilke te Brummelstroete fit ses études au conservatoire Royal de La Haye où elle obtint son premier prix en 1990. Elle suivit des masterclasses avec Kurt Equiluz et Martin Isepp à la Britten-Pears School (Grande-Bretagne) et avec Mitsuko Shirai et Harmut Höll au Mozarteum de Salzbourg. En tant que soliste, elle s'est produite avec des ensembles et des orchestres de haut niveau tels l'Orchestra of the Eighteenth Century, La Chapelle Royale, le Ricercar Consort, Il Fondamento, Akademie für Alte Musiek Berlin, Wiener Akademie, l'Orchestre Gulbenkian de Lisbonne, l'Orchestre Radio des Pays-Bas, sous la direction de Frans Brüggen, Ton Koopman, Philippe Herreweghe, Edo de Waart, Peter Eötvös, Arnold Östman, Kent Nagano, Martin Haselböck, Reinbert de Leeuw, Christophe Rousset et Alexandru Lescae.

Au cours de l'été 1991, elle fit ses débuts dans le rôle de Dido dans Dido and Aeneas de Purcell, un rôle qu'elle interprétera régulièrement ensuite, avec succès. En 1993, elle fit ses débuts au Nedertandse Opera dans l'incoronazione di Poppea de Monteverdi (mise en scène de Pierre Audi), dans les rôles de Virtu et de Pallade, repris en 1995. Dans le même opéra, elle chanta le rôle d'Octavie au Festival
International du Massachusetts (USA) en 1996.

Dans Il Ritomo d'Ulisse,
toujours de Monteverdi, elle a chanté Melanto, Fortuna et Anfinomo, avec le Ricercar Consort et dans la mise en scène de William Kentridge, ce qui la conduisit à la Monnaie, à Vienne, Berlin, Amsterdam, Zurich et en Afrique du Sud.

On retrouve Wilke te Brummelstroete au Nederlandse Opera en 1997, dans
Dialogues des Carmélites de Francis Poulenc, mis en scène par Robert Carsen et à l'opéra de Sidney dans Il Ritorno d'Ulisse mis en scène par Pierre Audi.

En outre, Wilke te Brummelstroete s'est produite dans les rôles de Tumo dans Il Trionfo di Camilla de Giovanni Bononcini (Festival de Musique Ancienne, d'Utrecht, 1997), de Teseo dans Ariane de Händel, sous la direction de Nicholas McGegan (Festival de Göttingen, 1999), d'Andronico dans Tamerlano de Händel, de Mother Goose dans Rake's Progress de Stravinski, dans le rôle titre de Carmen de Bizet, ou encore dans La Mort de Cléopâtre d'Hector Berlioz.

Ses futurs engagements la placeront, notamment, sous la direction musicale de Nicholas McGegan, de
Frans Brüggen et de John Eliot Gardiner.

Wilke te Brummelstroete compte une importante discographie et de nombreux enregistrements pour la radio et la télévision, dans des oeuvres de Monteverdi, Bach, Händel, Scarlatti, Mozart, Schubert, Maderna, Stravinski, Garbovski et Pärt.

Parmi les festivals qui accueillent la chanteuse, mentionnons le Holland Festival, les Wiener Festwochen, le festival de Sidney, le Festival de Musique Ancienne d'Utrecht, les festivals d'Aldelburgh, Barcelone, Saintes, Metz et Ambronay.

top