Dernière Heure
MARDI 19 FEVRIER 2002

Pavlos réélu chez Ies Grecs


Dimitriadis a entame son deuxième mandat de président de la communauté hellénique de Charleroi

CHARLEROI

La communauté hellénique de Charleroi recense 800 membres inscrits mais compte au total plus de 3.000 ressortissants dans Ia région. Elle s' étend d'Anderlues à Namur et s'est formée avec l' éclosion des charbonnages. " Á la fermeture des sites miniers, certains ont gagne Bruxelles pour multiplier leurs chances de retrouver un nouveau job. Mais une large majorité est restée a Charleroi" confie le président, Pavlos Dimitriadis, réélu le 10 février dernier 2002. Une élection remportée haut la main face a la liste adverse. 449 membres de la communauté sur les 800 inscrits ont participe au vote.
" Lors de cette élection, on essaie de bannir les attachements politiques. Ce qui compte ici, c' est d' élire celui que l' on croit être le mieux positionne pour répondre aux attentes de la population. Pour ma part, j' avais déjà
été président de cette communauté de Charleroi de 1970 à 1976 avant d' abandonner mon siège. En 2000, j' ai été à nouveau élu. Et j' entame ici un nouveau mandat.
Le rôle du président et des autres membres de la communauté est de répondre aux attentes de leurs membres et de leur apporter les informations nécessairesà leur quotidien en Belgique. Ensuite, un programme d' activités est proposé tout au long de l' année afin de favoriser les échanges. ' Pour ma part, j' ai quitté ma terre nataleà l' âge de 22 ans après mon service militaire. J' ai d' abord été envoyé en Allemagne, mais ne maîtrisant pas la langue, j' ai demandé d' être transféré vers la Belgique
Après Mons, j' ai été transféré à Charleroi. J' ai toujours travaille dans le milieu grec. J' ai ainsi été durant 15 ans conseiller du travail auprès de l' Ambassade de Grèceà Bruxelles. Ça me permet aujourd'hui de mieux mener à bien mon rôle au sein de la Communauté de Charleroi '.


Attachés au pays d' adoption


"Les Grecs s' adaptent facilement au pays qui les héberge"

Les Grecs ont beau être, à l' instar des Italiens, des gens qui aiment voyager et changer de pays, ceux de Belgique semblent beaucoup se plaire.
C' est du moins ce qu'en croit le président de la communauté hellénique, Pavlos Dimitriadis. Certes, ils ne sont plus que trois a quatre mille à vivre dans la région de Charleroi, laquelle a accueilli jusqu' à 25.000 ressortissants à l' époque florissante des charbonnages.
Désormais, ils sont éparpillésça et là, avec un rassemblement important dans la capitale. Les Grecs ont retrouvé du travail dans divers domaines. On compte ainsi des avocats, des médecins, des grossistes ainsi que de nombreux restaurateurs d' origine grecque.
Pavlos, lui, est aujourd'hui retraité. Il continue de couler des jours heureux dans la métropole, même s' il avoue avoir eu quelques difficultés à s' acclimater à Charleroi après avoir résidé durant 13 ans à Mons, une cité qui a vu naître ses enfants et qui lui manque.
"Chaque fois que j'y retourne, c' est un peu comme si je retrouvais mon village. Je m'y sens vraiment bien. D' ailleurs, je
suis passé il y a quelques jours au Festival du film d' amour pour assister à la projection d' un film grec et j' y ai pris beaucoup de plaisir.
Autant que les retours au pays natal ? " Plus encore. Quand je retourne en Grèce, je suis rapidement gagné par l' envie de rentrer en Belgique pour y retrouver mes enfants. Toute ma vie est ici. J' ai vécu 45 ans en Belgique et seulement 22 en Grèce. C' est dire si je suis attaché à la Belgique

S.H.