Recherche :  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
Les moulins Naveau, mythe et réalité

L'article complet :
moulins_naveau.pdf 

 

Extrait :

Présentation de la famille Naveau
Les noms de famille Naveau, Navet, Navez sont dérivés d’un même thème. Naveau est un dérivé en –ellu, Navet, un dérivé en –itu du thème latin napus « navet ; il s’agit d’un surnom, sans doute un sobriquet.

De Renlies à Fleurus
Anselme Naveau est originaire de Renlies. (actuellement, commune de Beaumont). Il est le fils de Paul Naveau (décédé à Renlies le 22 juin 1781) et d’Anne Joseph Duterne.
Du couple Paul Naveau et Anne Joseph Duterne, ont été baptisés à Renlies
1.    Pierre Alexandre Naveau, le 26 avril 1723 (voir infra)
2.     Anselme Naveau, le 11 juin 1724 dont nous parlerons très longuement après.
Après le décès d’Anne Joseph Duterne, Paul Naveau se remarie avec Anne Joseph Dutron, (décédée le 6 avril 1771), dont descendance :
1.     Arnould Naveau, époux de Marie Joseph Rouet, le 24 février 1728 – décédé le 21 novembre 1797
2.     Marie Paule Naveau, le 27 juin 1730
3.     Marie Joseph Naveau, le 19 mars 1733, qui épousa en secondes noces en 1764 Eugène Motte, bourgmestre de Renlies et propriétaire du moulin d’En Bas, dans le centre du village de Renlies.
4.     Ignace Naveau, le 9 janvier 1736
5.     Paul Naveau, le 3 mars 1737
François Joseph Naveau, le 4 juin 1739 – décédé le 14 juillet 1800.
Ce dernier est décédé célibataire dans la ferme et moulin d’En Haut de Renlies qu’il avait acheté en 1785. Actuellement, les bâtiments de la ferme et du moulin portent le nom de « moulin de Cuquegnies ». Les bâtiments datent de la seconde moitié du XVIIIeme siècle et sont en cours de restauration. Ce moulin à eau a conservé une grande partie de son matériel à l’intérieur du bâtiment.

A la naissance d’Anselme Naveau, la commune de Renlies est française ; elle ne redevient belge qu’en 1815. L’origine française à laquelle fait allusion Franz Folie dans ses écrits, est donc correcte. Nous savons que des contacts importants subsistent entre les enfants d’Anselme Naveau et ceux d’Arnould Naveau. Nous ignorons les relations avec les autres membres de la famille.

Le village de Renlies est essentiellement agricole ; la terre est ingrate (marneuse) et ne permet de nos jours que l’élevage bovin et dans une moindre mesure du cheval. Au XVIIIeme siècle, les terres de culture étaient plus nombreuses, ce qui justifie la présence de deux moulins à eau à Renlies. La forêt occupe une superficie non négligeable du territoire. Le paysage est vallonné. Alimentée par plusieurs ruisseaux, la Hantes divise le village en deux parties d’est en ouest. L’église Saint Martin de Renlies est installée sur un petit éperon au centre du village dans un des sites les plus pittoresques de la région. Ce petit édifice en calcaire est représentatif du style gothique du dernier tiers du XVI siècle. Quelques pierres tombales subsistent dans et à l’extérieur de l’église. Aucune ne se rattache à la famille Naveau.

Comment Anselme Naveau a-t-il rencontré et marié en 1747, à l’âge de 23 ans, Philippine Béatrix Lesire (15/10/1724 – 14/02/1785) ? Nous n’en savons rien. Nous savons simplement que le couple s’installe dans une maison rue de Namur à Fleurus, près des parents de la mariée. Philippine Lesire est la fille de Martin Lesire (22/09/1691 – 22/08/1758) et de Jeanne Meuclet (25 mai 1695 – 10 novembre 1760) mariés à Fleurus le 7 janvier 1714.

Son frère aîné, Alexandre Naveau, a épousé une sœur de Philippine Lesire : Jeanne Joseph Lesire (31/01/1721 - ?) dont au moins un fils est né : Jean Martin Naveau (28/04/1759 - ?). Alexandre Naveau et son épouse sont partis ensuite s’installer à Perwez.

La famille Lesire : de riches commerçants
Martin Lesire était lieutenant mayeur de la ville de Fleurus comme nous le verrons infra. Il était aussi receveur du duc d’Aremberg, d’Arschot et de Croy – probablement pour ses biens sis en notre région – . C’était donc un riche bourgeois de Fleurus. A la fin de sa vie, il était un riche négociant spécialisé dans le commerce de la laine, des étoffes et du vin. Il travaillait en association avec ses gendres : Alexandre Naveau à Perwez et Anselme Naveau à Fleurus.

Le partage de ses biens en 1761 entre les enfants nous confirme une aisance financière certaine. Il était propriétaire d’une maison en la rue Delvaux (rue de Bruxelles), une autre à Perwez (qui passe au couple Alexandre Naveau – Jeanne Lesire), une autre en la rue de Namur (rue J Lefebvre) (qui passe au couple Anselme Naveau – Philippine Lesire) ; à cela s’ajoute une prairie et jardin, des terres sises à Fleurus et Wanfercée. (Wanfercée et Baulet étaient sous l’ancien régime deux communes distinctes).
En 1771, les héritiers Lesire vendent la tannerie à la famille Piton et à Antoine Brunebarbe un bâtiment et son jardin.

Le couple Anselme Naveau - Philippine Lesire
Anselme Naveau fut vite adopté par les Fleurusiens. En 1757, nous le voyons devenir parrain d’Anselme Oudenne dont les parents habitaient l’actuelle rue J. Lefebvre...

(la suite dans l'article complet en téléchargement en haut de cette page).

retour accueil

 

haut de page