Recherche :  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
Les moulins à sulfate de Baryte

L'article complet :
moulins_baryte.pdf 

 

Extrait :

A paraître courant 2006
En raison de la découverte de nouveaux fonds d’archives sur le sujet, la parution officielle est retardée jusqu’au moins mi année 2006.

Le moulin du chemin des bois
Valentin Dewez était meunier à Gilly où il est né le 16 août 1822. Il est venu s’installer à Fleurus au chemin des bois le 27 mars 1849 avec sa femme : Agnès Kremer et ses filles Marie et Emma dans une maison louée. Le Collège échevinal de Fleurus lui accorde l’autorisation d’établir un moulin à farine et une machine à vapeur qui servira à l’activer. La ville trouve le projet avantageux pour les habitants. Mais les eaux de la chaudière de la machine à vapeur doivent être rejetées dans un bassin d’épuration et non directement dans le ruisseau de Martinroux qui alimente la ville en eau potable.

Le 19 mars 1849, il acquiert un terrain d’environ 7 ares à Lebleu. C’est sur cette parcelle qu’il fait construire sa maison et le moulin à vapeur. Curieusement le cadastre n’enregistre la mutation qu’en 1859. La parcelle C 281b passe de pâture en deux sections : le C 281c avec une maison et le C 281d avec un moulin à vapeur à farine. Le 5 mai 1849, il reçoit l’autorisation de la Députation permanente d’établir un moulin à farine actionné par une machine à vapeur. Celle-ci sera agréée par le corps des mines le 17 janvier 1850. Ces biens seront hypothéqués à partir de 1855 au profit du pharmacien Auguste Misonne qui lui a prêté une somme de 2.500 francs remboursable en huit ans au taux de 5 % l’an. Le10 octobre 1864, un acte du notaire Quenne de Charleroi renseigne une nouvelle créance de 10.000 francs due par Valentin Dewez.

Un certain Pierre Vergroessez, meunier et demeurant à Berg op Zoom, devint ensuite propriétaire vers 1872 et le revendit probablement en 1873 à Léopold Devillez. Celui-ci l’utilisa de 1873 à 1880 pour moudre le sulfate de baryte. Puis, le moulin redevint moulin à farine. En 1887, le moulin est arrêté et probablement vendu puisqu’à cette date, le cadastre renseigne désormais une remise. Il est probable que quelques années après le décès de Léopold Devillez, sa veuve et ses enfants ont vendu le moulin.

De l’exploitation du sulfate de baryte
Le gisement du sulfate de baryte fut découvert vers 1870 lors de recherches de minerais de fer qui, à cette époque, étaient en faveur dans l’industrie métallurgique. C’est un certain Gorinflot, chimiste à Lodelinsart, qui identifia le caillou blanc rencontré dans le sol de Berlaimont. Au départ, le minerai était livré brut. Cependant de 1870 à 1880, des usines pour la préparation et la mouture du produit furent érigées par les différents exploitants : Joseph Quinet, Petit-Darquenne, Léopold Devillez, Quiévrain-Perleux dans l’ordre chronologique...

(la suite dans l'article complet en téléchargement en haut de cette page).

retour accueil

 

haut de page