La réalité - les désirs - les refus - les mots - n° 54 - spiritualité - 10/2005

La réalité

-    Nous sommes lumière et matière Grâce à nos sens, nous prenons conscience du monde terrestre qui nous entoure Le monde physique n’existe et n’est réel que dans la mesure où nos sens nous permettent d’emmagasiner et d’enregistrer des informations que nous décodons mentalement et qui nous font voir le monde physique comme réel.  Sans nos sens, la réalité n’a plus aucun sens car nous ne percevons plus aucune sensation.

-    Selon l’analyse mentale de nos perceptions, nous décidons que la réalité est réelle ou imaginaire, belle ou laide, agréable ou désagréable, sympathique ou antipathique…  Sachez que nous pouvons à tout moment modifier notre point de vue et notre réalité des êtres et des choses qui nous entourent.

-    A la naissance, nous n’avons aucune connaissance de la matière et notre but principal est de fonctionner dans la matière en apprenant grâce à nos cinq sens.

-    Maintenant, nous devons réapprendre à ressentir par :

o    Le toucher : prenez un objet en main et touchez-le en le parcourant avec le bout des doigts.  Fermez les yeux et observez votre ressenti.  Est-il froid, chaud, dur, mou, rugueux, lisse, souple, fluide ?…

o    Le goût : mastiquez bien un aliment en le gardant en bouche.  Fermez les yeux.  Observez votre ressenti.  Est-il froid, chaud, dur, mou, liquide, solide, amère, salé, sucré ?...

o    L’odorat : fermez les yeux.  Respirez les choses et les êtres qui vous entourent.  Ressentez les sensations que ces diverses odeurs éveillent en vous.

o    L’ouie : fermez les yeux.  Fixez votre attention sur un son.  Ressentez ce que vous éprouvez.

o    La vue : regardez une fleur.  Observez là bien attentivement.  Ressentez l’impression que vous éprouvez en la regardant.

-    Afin de communiquer avec autrui, nous avons également inventé le langage avec des symboles communs (des mots) qui nous permettent de transmettre des messages, des sensations, des impressions…  Souvent pour comprendre un mot, il faut en faire l’expérience ou l’apprentissage durant notre enfance.  Sachez que beaucoup d’émotions ne sont jamais vécues car nous associons à ces mots des sensations désagréables que nous refusons d’expérimenter.  Une même sensation vécue par deux personnes différentes peut être évaluée différemment (pour l’une elle est agréable, pour l’autre la sensation est désagréable) suivant l’éducation, les us et coutumes de l’endroit où nous vivons.

-    Technique pour retrouver la perception d’une sensation :

o    Fermez les yeux, détendez-vous, respirez par le ventre.

o    Imaginez une situation heureuse, la pleine forme, la gaieté, le calme, l’amusement, la liberté.

o    Imaginez une situation délicate, l’agitation, les craintes, la peur, le stress, la douleur.

o    Observez pour chaque situation : vos impressions, vos sensations, votre ressenti.  Sachez que de ressentir une sensation désagréable, y prendre plaisir, l’accepter, la fait disparaître.

L’expérience

-    Nous ne pouvons évoluer qu’au travers de nos expériences.  Il y en a de désagréables et d’agréables.  Il est humain de refuser les désagréables qui sont pourtant nécessaires.

-    Les craintes, les angoisses et les peurs sont provoquées par le refus de faire certaines expériences.  Sachez que tout ce que nous vivons quotidiennement est une expérience pour nous.  Lorsque nous refusons de vivre une expérience nécessaire à notre cheminement, elle nous suit inlassablement jusqu’à ce que nous acceptions de la vivre.

-    Sachez que tout ce que nous croyons fermement est bien réel pour nous.

Les désirs et les refus

-    Nous désirons une chose car nous voulons obtenir ce que nous ne possédons pas.  Ce que nous avons, nous ne le désirons plus.  Celui qui jouit de l’affection et de l’amour autour de lui ne souhaite pas rencontrer quelqu’un qui l’aime ou à aimer.  Souvent nous sommes comblés dans de nombreux domaines mais nous ne le remarquons pas.

-    L’autre côté du désir, c’est le refus.  Demandez, croyez fermement que vous l’avez obtenu et vous serez exaucé.

-    Technique de transformation :

o    Asseyez-vous dans un endroit calme, fermez les yeux, relaxez-vous.

o    Imaginez que votre but se réalise, que vous réussissez ce que vous désirez.  Observez votre ressenti jusqu’à ce que vos pensées s’éloignent, que votre mental se calme.

o    Imaginez que vous refusez de réussir.  Observez les pensées qui vous viennent mentalement.  Laissez venir tout ce qui se présente et ressentez-le : je n’ai pas le droit, je suis incapable, je n’ai pas assez travaillé…  Cherchez qui vous a dit cela.  Pourquoi ? Que vous a-t-on réellement dit ?

o    Mettez-vous à la place de celui qui vous a dit que vous ne réussirez pas.  Ressentez ses doutes, son besoin de supériorité et tous les autres sentiments qui traversent votre mémoire jusqu’à ce que vous n’éprouviez plus rien.

o    Admirez-vous comme un être qui réussit.  Donnez-vous le droit de réussir, d’être apprécié, de développer vos talents.

-    Lorsque vous projetez une réalisation, vous devez d’abord éliminer tous vos désirs qui y adhèrent.  Ensuite, vous devez ressentir vos nouvelles impressions telles que vous les avez imaginées en étant persuadé qu’elles sont bonnes et importantes pour vous.

-    Technique pour déprogrammer une conviction obsolète :

o    Commencez par ressentir les aspects négatifs (fatigue, atmosphère pesante, sensations désagréables…).  Prenez plaisir à ressentir cela jusqu’à ce que vous ne ressentiez plus rien.

o    Ressentez les aspects positifs (sensations agréables, fierté, reconnaissance, mérites, récompenses…).  Ressentez ce qui vous pousse à maintenir votre conviction.

o    Ressentez tour à tour, les aspects négatifs et positifs de votre conviction jusqu’à ce qu’ils n’apparaissent plus aucune pensée à votre mental.  Percevez en les avantages et les inconvénients alternativement jusqu’à la disparition complète de toutes vos émotions concernant cette conviction.

Les mots

-    Les mots sont des symboles qui éveillent en nous des idées préconçues en nous faisant réagir sur l’impression que notre éducation ou que nos expériences nous indiquent.

-    Si nous changeons un nom que nous avons attribué à une émotion, nous pouvons la ressentir, l’exprimer, l’expérimenter mentalement.  En nommant de façon neutre une émotion, elle nous devient accessible.

-    Souvent, nous essayons de convaincre notre interlocuteur que nous avons raison, le ton monte et l’on en arrive à la déclaration de guerre car les mots n’ont pas la même valeur pour chacune des parties.  Beaucoup de malentendus proviennent du fait que nous disons une chose et que l’autre en comprend une autre.

-    Nous essayons de transmettre un message à travers nos propres perceptions, nos propres compréhensions, nos symboles, nos sensations… tandis que l’autre reçoit le message à travers ses propres filtres, ses propres expériences.  Sachez que nous interprétons absolument tout ce que nous captons (entendons, voyons, ressentons, écoutons, touchons) sous la forme de critiques, de jugements, d’agression, de compliments, de joie, de peur…

-    Souvent, nous répondons à autrui de façon automatique, réactive et incontrôlée selon notre tempérament ou nos humeurs du moment.  Pour éviter cela, prenez une certaine distance par rapport aux propos émis par autrui afin de réfléchir avant de lui répondre.

-    Être maître de soi-même, c’est ne pas se laisser perturber par ses émotions (des mots) afin de choisir librement la réponse qui convient à la situation.

-    Technique de développement de la maîtrise de soi :

o    Écoutez les propos d’autrui, sans y ajouter d’émotions, de jugements, de critiques.

o    Ressentez ces propos comme négatifs et observez votre ressenti.

o    Ressentez ces propos comme positifs et observez vos impressions.

o    Ressentez ces propos comme neutres (avec indifférence) et observez vos sensations.

o    Donnez ensuite la réponse qui convient à votre interlocuteur.

-    Autre technique de maîtrise de soi :

o    Imaginez que vous êtes un acteur qui joue une scène de théâtre en plein air, que tout ce qui se passe ne dure qu’un temps.

o    Entrez dans la peau d’un personnage puis d’un autre et ressentez les deux interprétations (la vôtre et celle de votre interlocuteur).  Observez votre ressenti à chaque fois.

o    Imaginez que vous êtes un spectateur et que vous regardez votre propre rôle.

o    Imaginez la meilleure réplique à donner à l'autre et donnez votre réponse à votre interlocuteur.

-    Si vous vous mettez à la place de l’autre, vous élargissez vos facultés de compréhension et vous comprenez le point de vue d’autrui afin de devenir tolérant à son égard.

-    Nous avons chacun notre propre structure, bien définie, personnelle et différente malgré des points communs entre nous.  Nous sommes chacun dans notre propre sphère, nous voyons et ressentons les choses à notre façon et une perception vraie pour nous ne les pas forcément pour notre voisin qui la vit autrement.

 

 

 

Liste de tous les dossiers


[ Les 100 % gratuits ] - [ le dictionnaire ] - [ le référentiel ] - [ l'ésotérisme ] - [ le mail ]