La dualité - l'équilibre - le présent - paroles - n° 48 - spiritualité - 09/2005

La dualité terrestre

-    La dualité nous permet de vivre sur terre car nous sommes à la foi spirituel (âme et esprit) et terrestre (intellect, corps physique…).  Nous sommes à l’aube du 5ème jour (le 1er étant minéral, le 2ème étant végétal, le 3ème étant animal, le 4ème étant humain, le 5ème étant l'être de lumière), à cheval entre deux cycles évolutifs, mi-homme, mi-lumière.  Nous aspirons à nous libérer de la matière périssable, de la pesanteur terrestre… afin de développer nos talents créatifs sans limite.

-    Notre balance intérieure oscille tantôt vers le plateau matérialiste, tantôt vers le plateau spirituel.  Vivre sa spiritualité sur terre, c’est équilibrer les deux plateaux de sa balance interne.  Renier son aspect matériel peut nous apporter la famine, la souffrance physique, la maladie…  Observez l’histoire et remarquez qu’après la réussite matérielle d’un peuple survient la décadence de ce peuple afin de rétablir l’équilibre, la balance en perpétuelle oscillation.

-    Changer notre niveau de conscience peut alterner avec des prises de conscience personnelle et des méditations afin de rééquilibrer notre vie harmonieusement.

L’équilibre entre le bien et le mal

-    L’équilibre est comme une balance dont les deux plateaux (le positif et le négatif) sont de mêmes poids.

-    L’équilibre parfait n’existe pas sur cette terre : ce que nous faisons, disons, souhaitons… active un plateau de la balance au détriment de l’autre suivant notre propre perception du bien ou du mal.

-    Nous sommes des équilibristes qui ajustent sans cesse les plateaux de notre balance pour tenter de rester au milieu de notre propre réalité présente car rien n’est immobile sur terre, tout est en perpétuel mouvement cyclique.

-    Vivre en équilibre, c’est aimer le bien comme le mal, le matériel comme le spirituel, le positif comme le négatif, le masculin comme le féminin…

-    En restant calme, en voyant notre vie comme un bon film dont nous sommes l’acteur principal, nous pouvons arriver à vivre de manière plus équilibrée.

-    En méditant, en observant notre mode réactionnel, en nous relaxant, en appréciant l’instant présent nous diminuons les oscillations des plateaux de notre balance et nous réajustons l’harmonie qui est en nous.

-    Le bonheur et l’équilibre sont en nous, pas à l’extérieur de nous.

-    l’unique n’existe pas en ce monde car tout est basé sur deux principes opposés complémentaires : le bien et le mal.

-    Le bien et le mal nous permettent notamment de cohabiter les uns avec les autres en édictant des lois et des concepts socio-culturels en fonction de la nation où chacun vit.  Chaque peuple, chaque civilisation possède ses lois et ses propres règles afin de maintenir la cohésion entre ses membres sinon l’être instinctif de chacun sèmerait le désordre.

-    Nous évoluons suivant nos dualités existentielles (nos instincts et notre raisonnement) qui s’affrontent afin de nous maintenir en équilibre.  Reconnaître nos pulsions et les accepter, c’est faire un pas vers la santé et l’équilibre.

-    Le bien et le mal sont des notions arbitraires culturelles : tuer son voisin en temps de guerre est honorable et en temps de paix est criminelle.  Dans certaines civilisations, avoir plusieurs épouses est normal tandis que dans d’autres, c’est illégal.

-    Nous sommes dualité : bon et mauvais, instinctif et mental, jour et nuit.

-    Découvrons le calme qui est en nous quelque soit le milieu dans lequel nous évoluons.  La société actuelle est basée sur l’accomplissement des besoins du corps physique et du mental notamment en développant la technologie et la science afin de nous donner du bien-être et de nous faciliter la vie.

-    Cherchons en nous ce qui nous rend heureux afin de rétablir notre équilibre naturel.  Sachez que nous ne sommes pas le masque que nous portons en société.  Après avoir joué notre scène de théâtre quotidienne (professionnelle, sociale…), nous enlevons notre costume, notre masque et nous sommes nous-même.

-    Dans certaines situations, imaginez que vous êtes l’acteur principal jouant sur une scène de théâtre votre propre rôle.  Devenez ensuite un simple spectateur et observez-vous jouer.  Ceci vous permettra petit à petit de gérer vos trop fortes émotions et de mieux adapter votre comportement en fonction des situations que vous avez à vivre.  Accepter la vie comme un jeu de rôle, comme une pièce de théâtre grandeur nature vous permet d’apprécier l’instant présent, de trouver un bon équilibre de vie et de modifier notre rôle à votre guise.

-    Notre réalité est en perpétuel mouvement alternatif entre deux opposés (la dualité terrestre) tel un courant électrique qui a besoin des polarités négatives et positives pour fonctionner.

-    Nous vivons le bien et le mal, la vie et la mort, le jour et la nuit.  Nous ne sommes à l’aise que dans le concret, le palpable, le solide, le sécurisé que nous déclarons mentalement bien.  Mais, nos émotions nous traversent et aussi longtemps que nous les refusons elles nous poursuivent et nous perturbent.

-    Notre vie émotionnelle est à l’opposé de notre vie matérielle mais l’une ne va pas sans l’autre car pour être bien le cœur et l’esprit doivent s’accorder.  Si nous vivons trop d’émotion, un rien prend des proportions inquiétantes et notre âme est surchargée.  Sachez que nous avons besoin de la réalité matérielle pour activer en nous des sensations et des émotions.  De ce fait, le bien n’est pas l’opposé réel du mal mais bien l’autre aspect de la même réalité.  Nous ne pouvons être affecté par les souffrances d’autrui qui si celles-ci éveillent en nous quelque chose selon nos propres critères.

Le présent

-     Notre mental est soit dans le passé en revivant de vieux films, soit dans le futur en projetant des idées à développer mais pas dans le présent.

-     Le présent est un court instant entre l’inspiration et l’expiration où nous pouvons être vraiment heureux en regardant ce que la vie nous apporte ici et maintenant.

-     Vivre le présent, c’est voir, ressentir, diriger notre mental vers ce que nous vivons maintenant d’instant en instant à travers nos actes quotidiens conscients en perpétuelle évolution afin de nous accorder sans cesse de nouveaux petits instants de bonheur.

-     Pour vivre heureux, vivons dans le présent calmement en percevant nos sentiments et nos émotions au fur et à mesure qu’elles passent en nous.

-     Le présent nous permet de vivre sans cesse de nouvelles sensations, d’être heureux avec les gens qui nous entourent sans créer des liens trop dépendants.  La vie étant considérée comme un renouveau perpétuel où chacun laisse derrière lui ce qui ne lui convient plus.  Sachez que les choses que nous souhaitons nous sont offertes si nous savons les apprécier naturellement.

Les paroles et les actes

-    Observez le langage d’autrui et le vôtre tout en relevant les expressions négatives ou limitatrices que chacun prononce à chaque discussion.  Notre éducation nous enseigne de ne pas mettre en avant nos capacités afin d’éviter de paraître prétentieux ce qui explique nos limitations : peut-être, je vais essayer, si j’y arrive, je ne suis pas sûr…

-    Nos limitations expressives nous reviennent agrandies et chargées de négations tandis que nos paroles positives nous stimulent et nous donnent du tonus.

-    Comme toute chose possède un aspect positif et négatif, nous pouvons décider de la vivre selon l’aspect positif ou selon les deux aspects afin d’en tirer la conclusion qui s’impose.  Nous pouvons dramatiser tout ce qui nous arrive ou de voir le bon côté de nos expériences.

-    Sachez que nos paroles sont des vibrations qui volent au vent afin de rejoindre d’autres vibrations de même type et qu’un jour elles nous reviendront afin de nous enrichir ou de nous perturber.

-    Une pensée négative est une simple goutte d’eau sans importance qui s’évapore dans notre jardin.  Mais, lorsque toutes les gouttes d’eau de tous les jardins se rassemblent afin de former de gros nuages noirs au-dessus de nos têtes et que ceux-ci éclatent, notre jardin est ravagé et tout peut être détruit.

Juger et nommer

-    Si nous sommes en conflit avec un individu, dès que nous entendons son nom, une image désagréable nous traverse l’esprit.  Inversement, si la personne nous a donné satisfaction, nous sourions en la nommant.  Si nous avons des problèmes au travail, dès que nous prononçons le mot travail, nous éprouvons de la fatigue, de la tension, de l’ennui ou tout autre sentiment désagréable.  Le mot maladie fait penser à souffrance, alitement, médicaments…

-    Souvent, à partir des on dit, nous avons développé tout un système de croyances sur des mots qui nous font soit peur ou qui nous rendent soit joyeux.

-    Nous jugeons nos émotions : le chagrin est désagréable tandis que le bonheur est agréable, la colère, c’est mal tandis que la joie, c’est bien…  Sachez que nos émotions sont des sensations que nous éprouvons afin de nous distinguer des machines sans âme tout en donnant un sens à nos expériences terrestres.

 

 

 

Liste de tous les dossiers


[ Les 100 % gratuits ] - [ le dictionnaire ] - [ le référentiel ] - [ l'ésotérisme ] - [ le mail ]