Home

 

En attendant que cette page soit entièrement finie, consultez également www.calotte.org

AVERTISSEMENT

Contrairement à ce que certains “bleus” ou “ignorants” pourraient penser, la calotte n’a rien de commun avec le tablier de guindaille. Ce couvre-chef majestueux a, au contraire, une signification importante. Elle présente l’étudiant qui la porte comme un représentant baptisé d’une université catholique de Belgique. Elle doit retracer la vie estudiantine de son propriétaire. Elle est aussi le symbole  que son propriétaire  respecte les traditions et le folklore noble de l’étudiant. C’est pourquoi il est fortement déconseillé d’y voir  une chaîne en guise de mentonnière ou  des insignes, décorations, ou breloques qui pendouillent.

  

 

DU PORT DE LA CALOTTE

La Calotte se porte  en toute occasion et est indispensable lors de tout repas, de toute cérémonie, soirée, sortie, “guindaille”, ainsi que lors des réunions d’associations, cercles, corporations, régionales,  ordres,...à caractère estudiantin ou académique.

Le calotin  se découvre  :

- pour marquer le deuil ( elle est portée alors autour du cou),
- quand il est dans un lieu consacré,
- quand il est présenté au Roi,
- quand il prend la parole, entonne un chant,  ou effectue un  à-fond.
- quand par respect, soutien et amitié il entend un hymne national, un chant d’association, de régionale, d’ordre,...
- quand, assis, il est dans une assemblée et quitte sa place pour un instant (la calotte est alors déposée sur la pinte ou le verre, les couleurs nationales dirigées vers la table de présidence de l’assemblée).

Le port d’une calotte qui n’est pas la sienne implique immédiatement de graves sanctions infligées par son propriétaire ou toute autre personne d’autorité reconnue. Il en est de même pour toute personne regardant l’envers d’une calotte. L’abandon de calotte est également sévèrement puni et la calotte doit être “rachetée”.

 

 

 

DE L'HISTOIRE

Thèse généralement admise sur les origines de la calotte.

Au Moyen-Age, les chevaliers interposaient une petite “calotte” entre leur noble crâne et leur heaume pour se protéger la tête quand ils pourfendaient du manant ou de l’infidèle. Pour remédier aux querelles entre les étudiants catholiques et les étudiants “libéraux”, les “catholiques” réunis en assemblée générale avaient adopté en 1877 pour couvre-chef le Chapska dit “képi d’Oxford”. Deux ans plus tard, l’idée était définitivement abandonnée. C’est en 1895 qu’un étudiant en droit de la Société Générale Bruxelloise des Etudiants Catholiques, du nom de Edmond Carton de Wiart, futur secrétaire de sa Majesté le Roi Léopold II, inventa la calotte en s’inspirant des bonnets portés par les volontaires de 1830.

 

 

 

L'Ordre Souverain de la Calotte - OSC (1895)

Ordre national le plus "ancien" et le plus prestigieux du pays. Il rassemble les étudiants qui s'occupent d'une œuvre caritative, ceux qui mettent l'idéal catholique en application dans leur vie universitaire, ceux qui jouent un rôle apaisant ou de concorde dans la vie journalière de leur association, ceux qui tendent à promouvoir le port correct de la calotte. Il est dirigé par un directoire appelé "Conseil de la Calotte".

Font partie du directoire:

·         l'Union Royale des Etudiants Catholiques de Liège (1873); représenté par L'Emeraude : association regroupant les calotins de l'Ordre du Toré et de l'Ordre du Grand Séminaire à Liège . ULG

·         L'Association Royale Générale des Etudiants Catholiques de Gand (1880); appelé aussi La Gé ou KAKS (Koninklijke Algemene Katolieke Studenten Vereniging) de la Rijks Universiteit Gent.

·         L'Association Royale des Etudiants Catholiques d'Anvers (1881); appelé KASK (Koninklijke Antwerpse Studentenkring van Leuven ).

·         L'Association Royale des Etudiants Catholiques de Malines (1888); appelé aussi KMKS (Koninklijke Mechelse Katholieke Studentenkring) ou encore La Malinoise.                            

·         La Fédération Wallone des Etudiants de Louvain (1902) ; appelé La Fédé.

·         L'Association Royale des Etudiants Catholiques des Flandres Orientale et Occidentale (Koninklijke Oost en Westvlaamse Kring Leuven) (1922); appelé La Vla-Vla :        

·         Le Cercle des Etudiants Ingénieurs de l'Ecole Centrale des Arts et Métiers (1921) dit : La Vulcania : cercle des calotins de l'ECAM à Bruxelles.

·         L'Ordre Académique de Saint Michel (1937): ASMO de Bruxelles association royale.

·         L'Ordre Studentyssime Vénérable et trez Magnyfyque de François Villon de Montcorbier (1948).

·         Le Cercle des Etudiants de l'Institut Catholique des Hautes Etudes Commerciales(1953) : cercle des étudiant de l’ICHEC à Bruxelles.

·         L'Ordre Académique de Saint-Louis (1980) : SLMPO représente les étudiants calotins des Facultés Universitaires Saint Louis à Bruxelles.

·         La Confrérie des Dignitaires de l'Ordre de Saint Aubain (1984) : CDOSA représente les étudiants calotins des Facultés Notre Dame de la Paix  à Namur

·         Les étudiants calottins des facultés de Médecine, de Pharmacie et de Dentisterie de l’UCL de Woluwé, représenté par une association regroupant l’Ordre Académique de Martin V (1989) et l’Ordre des Disciples de Saint Luc.

·         Le Concile des Ordres de Louvain-la-Neuve U.C.L. regroupant l’ Academicus Neo Lovaniesis Ordo ( A.N.L.O.), l’Academicus Sanctae-Barbae Ordo (A.S.B.O.), le Lovaniensis  Scientificus Ordo (L.S.O.), Le Philéas, ....

 

 

 

DEVISE DES CALOTTINS:

"SANS  PEUR  NI  BRAVADE"

 

 

 

DE L'ORNEMENTATION D'UNE CALOTTE.

Sur le dessus : le velours.

Sur le velours, il y a bien sûr le crescat (noir ou blanc) symbolisant les quatres éléments : l'eau, la terre, l'air et le feu. Mais il peut aussi  s'y trouver -et ce sur son périmètre-  l'année de baptême ou de dépucelage, une devise propre au propriétaire de la calotte ainsi que des mini-étoiles dorées correspondants au nombre d'années d'ancienneté dans une association.

Dans certaines régionales, ce trouve parfois un écusson du coq wallon et entre les boucles du crescat, des fleurs de lys.

 

Sur l'astrakan (en regardant la calotte de face)

- au centre avant : les couleurs nationales et les couleurs du siège de l'université.

- au centre arrière : les bandes facultaires

- à l'avant droit : l'insigne ou monogramme de l'université, de l'ordre et de  la régionale, mais aussi les insignes de fonction    tels que grenouille et couronne , de baptiseur et de roi des bleus.

- à l'avant gauche : les années d'étude et examens et aussi la ou  les options de fin des humanités .

- à l'arrière gauche : les "centres"  et "épinglettes" d'ordres, régionales, cercles, manifestations et  cortèges... que l'étudiant a reçu pour des faits universitaires (services rendus, délégations, représentations,...)

 - à l'arrière droit : les symboles de la vie personnelle universitaire reçus pour faits estudiantins par une autorité reconnue.

- à l'envers : dans la doublure une mèche de cheveux de son parrain universitaire.

Un ou plusieurs trous prouvant que la calotte a été dépucelée.

(inusité : le jardin secret : symboles décernés par un étudiant ayant déjà l'insigne à remettre et ayant été témoin des faits et pouvant les attester)

 

 

    1. astrakan

    2. velours

    3. couleurs locales

    4. bande ou couronne

    5. couleurs nationale

    6. crescat

    7. partie avant droite : insigne de l'université, ordre, régionale

    8. partie avant gauche : années d'étude et examens

    9. partie arrière gauche : ordres, délégations et manifestations (->"les centres")

    10. bande facultaire

    11. partie arrière droite : vie personnelle  estudiantine

   

   

LES MATIERES:

le pourtour                          en astrakan
                                          en léopard (personnes nées  en Afrique, ou qui y ont résidé plus de 1 ans)

le dessus                             en velours             rouge                     Anvers

                                                                        vert                        Liège

                                                                        blanc                      Gand

            lie-de-vin                 Louvain, + LLN, Bruxelles, Namur, Mons,...

La première est aux couleurs du drapeau belge (noir, jaune, rouge)
La seconde varie suivant la province, la ville ou la commune où  siège l'école ou l'université :

                Blanche et bleue :                UCL,KUL, ILMH (Louvain)

                Verte et rouge :                   Saint Louis, ICHEC, ...        (Bruxelles)

                Rouge et jaune :                  Malines

                Noire et blanche :                Liège et Gand

                Rouge et noire :                   FNDP (province de Namur)

                Rouge et blanche :               Anvers, Mons

                Jaune et bleu :                      ECAM (commune de Saint-Gilles)

A l'intersection des deux rubans on peut avoir un ruban jaune et blanc les couleurs papales (UCL, Gand) ou encore une couronne royale (FNDP à Namur)

(en héraldique : jaune = or, vert = sinople, rouge = gueules, bleu = azur, noir = sable, blanc = argent)

 

 

LES BANDES  FACULTAIRES

FACULTES MATIERE COULEUR INSIGNE
Droit satin bordeaux balance
Economie satin jaune laurier
Commercial satin orange caducé d'Hermes
Philosophie satin gris soleil
Philo germanique satin gris soleil
Philologie romane satin gris tête de Périclès
Histoire satin gris tête de  Minerve
Théologie satin mauve livre ouvert  (alpha-oméga)
Ingénieur Civil satin bleu  foncé marteau,compas, et  piolet
Ingénieur Industriel satin mauve et noir bobine et éclairs
Mathématiques satin violet pi
Chimie satin violet alambic
Géographie satin violet globe
Géologie satin violet 2 piolets
Biologie satin violet symboles des sexes
Agronomie satin vert charrue
Pharmacie velours vert caducé sur coupe
Médecine velours rouge caducé
Dentisterie velours rouge molaire
Kiné &  Sport velours rouge insigne olympique
Vétérinaire velours violet tête de cheval
Paramédical velours rose ciseaux (infirmière)
..............

                                                                    

 

 

La PARTIE  AVANT  GAUCHE.

Les années d'études universitaires:
étoile dorée année réussie ou la première
étoile argentée année bissée
tête de mort échec aux partiels
tête de mort avec fémurs échec total  avec arrêt
tête de vache échec total mais rattrapé en septembre
palme simple en dernière année de cycle (licence)
palme double diplôme obtenu pour un cycle (licence, licence spéciale, doctorat)

                                            

Les humanités:
Options de l'année de l'obtention du diplôme des secondaires :  
latin-grec  lampe d'Aladin entourée de six mini-étoiles
latin casque romain
mathématiques phi
sciences epsilon
math-sciences phi-epsilon

                                                

   

LA PARTIE ARRIERE DROITE - LES SYMBOLES

Pour tous les insignes, seules les personnes ayant autorité peuvent décerner un symbole ( parrain, membre d'un comité estudiantin, d'une corporation ou d'un ordre) et ce uniquement pour des faits reconnus de la vie universitaire.  

Partie personnelle

chouette  vie nocturne
lyre amour de la musique
feuille de vigne perte de la virginité (homme)
rose perte de la virginité (femme)
pendu avatar du mariage
sphynx polyglotte
livre et plume amour des lettres
grappe de raisin amour du bon vin
squelette à l'envers amour de l'anatomie du sexe opposé
squelette à l'endroit amour de l'anatomie du même sexe
squelette jambes ouvertes amour de l'anatomie féminine
squelette jambes croisées amour de l'anatomie masculine
bacchus (sur le devant) roi des bleus
bacchus (à l'arrière) dignité dans l'ivresse et amour de la dive bouteille
abeille travailleur  dans un cercle, une corporation, ou un ordre,...
sou troué nuit au poste pour motifs estudiantins  
chameau (sur pattes) cœur à prendre
chameau (sur le dos) cœur pris
cor de chasse grand chasseur devant l'éternel
cochon (sur pattes) baptiseur   (à l'avant droit de la calotte)  
cochon (sur le dos) baptisé  
ballon et cornu assistant ou jobiste dans un labo
bouteille de bordeaux grosse cuite  
singe drôle
bouteille de champagne coma éthylique
épée  (fine lame) fin baiseur (a terminé le jardin secret)
zéro bourré avant minuit (la honte)
coq (français) grande gueule
fleur de lys scout ou royaliste français
poule adepte de la culbute (pour la fille)
chauve-souris nuit blanche pour motif estudiantin
crabe lenteur dans les études
flèche éjaculateur précoce
fer à cheval chanceux  aux examens
ancre amour de la navigation  
épi de blé radin
épi de blé + faucille chanceux aux examens
palette vernie amour de l'art  
homard mène grand train  
sabot amour du théâtre
grenouille dorée président  inter-cercle (à l' avant de la calotte)
grenouille  argentée président de cercle  (à l'avant  de la calotte)
grenouille à l'envers vice-président (à l'avant de la calotte)  
chope fidèle à la bière  
étoile en fin de cycle (sur  ruban de fac)
gille de Binche sortie estudiantine au carnaval de Binche
gazelle rapidité à l'à-fond
lime fin limeur (offert par une fille)

à l'intérieur de la calotte : "le jardin secret" : carotte    ///  poireau ///  navet          

 

  

DU "DEPUCELAGE" DE LA  CALOTTE

Il ne suffit pas d'acheter sa calotte pour avoir le droit de la porter. Une "cérémonie" sous forme de "corona" et parsemée d'épreuves attend le candidat à la calotte . Le candidat est appelé impétrant.

Les exigences typiques vis-à-vis d'un impétrant sont :

* connaissance de multiples chants estudiantins.

* présentation d'un texte humoristique "guindaille" ou d'un sketch.

* connaissance du folklore et de la signification de la calotte.

* une épreuve de "débrouillardise".

* un certain goût pour la bière ...

* explications  des motivations pour l'obtention du port de calotte.

Un minimum de 30 minutes est consacré à chaque impétrant exclusivement.
Cette cérémonie étant trop importante, il ne s'agit pas de faire des dépucelages à la chaîne ou à la sauvette, n'importe où.  

La séance du dépucelage de la calotte est dirigée par un praeses qui est le président, grand maître  d'un cercle, d'une régionale, d'un ordre,... ou son  représentant accrédité.

L'inpétrant ayant passé  toutes les épreuves doit encore effectuer un à-fond de bière, vin ou champagne dans sa calotte. Il est devenu un CALOTIN.

 

  

Pour rappel, voici les quelques règles fondamentales d'une corona:

Une seule personne peut parler à la fois. Il faut demander la parole au praeses : "Praeses, peto verbum." qui la donnera "Habes" ou non "Non  habes". La personne ayant reçu la parole se lève alors, se découvre et commence par dire "Ergo habeo". Il terminera sa prise de parole par "dixi" avant de s'asseoir.

Un membre de la corona peut aussi  demander de quitter sa place au praeses : "Praeses, peto tempus...(pissendi, rotandi, vel ... ou rien tout simplement). Le praeses le lui accorde ou non.

Le censeur peut exiger d'un participant des à-fonds soit de punition (le puni avant de s'exécuter dit : "Paenitet me pecasse sive pecavisse") soit de récompense ( le récompensé avant de s'exécuter dit :  "Gaudeo quod non pecavi et illum poculum merui").

Le participant d'une corona ne boit  jamais seul (sauf en cas d'exigence du censeur ou du praeses). Si le participant veut boire, il lui suffit de soulever légèrement sa calotte en direction d'un autre participant qui lui répond. C'est à ce moment seulement que deux participants pourront boire.  

Les chants, les discours et les  prises de parole "se respectent". C'est-à- dire que les membres de la corona qui n'ont pas la parole doivent se taire et écouter.

Aussi,  nul participant ne peut se lever, quitter sa place ou revenir s'asseoir pendant ces mêmes moments.  

formule de retard : "decet me castigare propter moram"

interdit de parler : "silencium"

terminer de chanter (cantor) : "cantus ex"

réponse du praeses au cantor : "prosit cantoribus"

réponse de la corona au praeses : "prosit seniori"

demander une impotence (pour ne pas boire) : interdit à l'ECAM sinon "rogo impotentiam minorem/maiorem/plenam" (pas trop/encore moins/rien du tout)

 

Ut semper vivat et craescat et floreat
Sancti Ludovici Monachorum Perversorum Ordo